Close
By Devoteam Management Consulting

Paroles d'experts

La DSI muscle son organisation pour devenir un vrai partenaire des Métiers

10/11/2017 Business Process Efficiency

Les défis et les ambitions d’une nouvelle DSI créatrice de valeur pour ses clients, aussi bien utilisateurs finaux que Métiers, est un sujet qui a été largement abordé. Qu’il s’agisse de se libérer de la perception d’immobilisme, de son manque de légitimité, du besoin de faire preuve de proactivité vis-à-vis des besoins métiers, cela implique pour la DSI de devenir un véritable Business Partner en renforçant sa connaissance et son intimité avec les Métiers, au travers de 4 axes de travail complémentaires :

A peine 15% (*[1]) des DSI sont considérées comme créatrices de valeur ou partenaire Business par les Métiers. Devenir un véritable Business Partner conduit inévitablement la DSI à repenser son organisation, pour déployer les rôles qui lui permettront de se rapprocher au plus des Métiers et accroître son agilité.

Cette proximité peut être développée au travers de deux types de rôles : le Business Partnership Office et la MOA Applicative.

Le Business Partnership Officer est le garant à la fois de l’appropriation des enjeux Métiers et de la bonne exécution de la gouvernance entre DSI et Métiers. La MOA Applicative, quant à elle, a pour missions d’identifier et de traduire les besoins exprimés par les Métiers en objectifs fonctionnels et techniques, à destination de la MOE, et de garantir la valeur générée.

En complément, gravitent également d’autres fonctions qui assurent des missions annexes. Pour industrialiser le delivery et la gestion de ses offres, la DSI doit affirmer les rôles de responsable d’offre ou gestionnaire de services en les faisant évoluer vers une vrai posture de Product Management. Ainsi, au sein de l’écosystème que constitue la DSI, le Product Manager – en interaction continue avec notamment l’ingénierie, l’intégration et la production -, assure l’animation du cycle de vie des services et est engagé sur la conformité du portefeuille de services avec la stratégie IT fixée par le groupe.

Enfin, la DSI contribue également à décliner la stratégie d’un point de vue SI, et porte la responsabilité d’en construire un qui répondra au degré d’exigence formulé par la Direction Générale (en termes de robustesse, d’agilité, etc.). Cette assurance de la cohérence, aussi bien pour les projets métiers que pour l’évolution des offres, est portée par l’Architecte d’Entreprise Programme Office.

En complément, les fonctions Performance Office et Resource Management, en charge respectivement du pilotage économique et de la bonne / juste allocation des ressources doivent gagner en impact et en transversalité indispensables à la fois pour garantir l’agilité, l’efficience et réduire les silos contre-productifs au sein de la DSI.

Si l’écart peut paraître important, le meilleur moyen d’y parvenir reste la politique “des petits pas” : rien ne sert d’imposer des règles aux collaborateurs de la DSI, il faut adopter une approche de co-construction et démontrer par le terrain l’intérêt qu’apporte une posture de Partenaire.

[1] Livre Blanc Devoteam Management Consulting, “Marketing au service de la DSI”

A propos de l'auteur
Mohamedanas Mourad, Principal

Responsable de l’offre Business Partnership et Marketing de la DSI au sein de la Practice CIO Advisory du cabinet, Mohamed Anas a développé une expertise forte sur le pilotage de projet de transformation digitale et sur le marketing de la DSI tant sur les périmètres Infrastructure, Environnement Utilisateurs que SI Métiers.

Point de contact
,
2017-11-20T11:27:46+01:00

Un commentaire

  1. Emmanuel Parent 27 novembre 2017 à 10 h 33 min- Répondre

    Merci à tous les deux pour cet éclairage sur les moyens d’améliorer la montée en valeur de la DSI auprès de ses clients Métier.

Laisser un commentaire

Recevez par email le prochain article sur le même topic Recevoir une alerte