Close
By Devoteam Management Consulting

Paroles d'experts

Le projet Vision 2030 : transformer l’Arabie Saoudite pour l’amener sur le devant de la scène internationale

17/10/2018 Program & Change Management

Devoteam Exchange Program : une chance unique pour tout consultant junior

Matteo Poulain et moi-même avons eu l’occasion, via le Devoteam Exchange Program, de participer à une mission au sein de l’entité Devoteam Middle East, à Riyadh, capitale de l’Arabie Saoudite. Cette mission doit durer 3 mois, et nous sommes embarqués sur la seconde itération de l’échange.

Outre l’extraordinaire expérience humaine que cela représente, nous avons pu commencer à contribuer au projet “Vision 2030”, que nous allons vous présenter dans cet article.

L’Arabie Saoudite est un pays dont l’économie repose pour la grande majorité sur ses réserves de pétrole et de gaz. Devant le constat d’épuisement progressif de ces ressources, son Altesse Royale le Prince Mohammed Bin Salman Al Saoud a choisi de mettre en place un projet de changement complet, destiné à diversifier l’économie de son pays, re-localiser l’emploi pour diminuer le chômage, tout en implémentant des énergies durables et renouvelables. C’est ainsi qu’a été lancée la “Vision 2030”, reposant sur les secteurs de l’Industrie, du Minage, de l’Energie, et de la Logistique. Nous parlons d’une refonte complète du pays sur tous les points, destinée à développer davantage les nouvelles technologies, créer des emplois, drastiquement augmenter le niveau de vie, et attirer des investissements étrangers pour devenir un hub logistique entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Cette refonte est principalement gérée par le Gouvernement, et les différentes entités qui le composent, tandis que les consultants tels ceux de Devoteam Middle East, ou McKinsey, les assistent dans la conduite de cette transformation.

 

Un besoin de gouvernance précise : les “Milestones”

Un projet d’une telle ambition doit bien évidemment disposer d’une gouvernance et d’un système de suivi d’atteinte des objectifs à toute épreuve. Ainsi les objectifs stratégiques du projet se déclinent en trois “niveaux”, chaque niveau inférieur étant plus précis et contribuant à la réussite de l’objectif de niveau supérieur. (Le niveau 1 est donc le plus “générique” et constitue les grands objectifs du projet, tandis que le niveau 3 est le plus précis et contient le plus grand nombre d’objectifs différents) Je travaille moi-même sur le programme NIDLP, “National Industrial Development and Logistics Program”, qui est celui lié au plus grand nombre d’objectifs parmi tous. Plus qu’une chance, c’est l’occasion de s’inspirer des divers outils et méthodes employés pour monter en compétence.

Le point intéressant de leur gestion de projet se situe au niveau de l’atteinte des objectifs de niveau 3 que j’évoquais précédemment. A chaque objectif de niveau 3 sont associées des “initiatives”, qui sont un ensemble de projets permettant l’accomplissement de l’objectif. Si l’atteinte de l’objectif de niveau 3 est monitorée par des KPIs, et en cela, la gouvernance est relativement classique, le suivi des initiatives est effectué via le principe de “Milestones”, que l’on pourrait qualifier de “points de passage”. Grâce à ce concept développé par l’équipe de Middle East, les collaborateurs sont à même de suivre l’avancée des initiatives, et donc de piloter avec plus de précision le projet. Cette méthode, développée auparavant par les équipes du programme NIDLP, a d’ores et déjà prouvé son efficacité, compte-tenu des avancées du programme et de la Vision 2030.

 

Une implication particulière, soutien majeur de la Vision 2030

Un autre point, moins technique, mais plus impactant selon moi, est l’état d’esprit des collaborateurs de cette Vision 2030. Comme expliqué précédemment, nous parlons d’un projet impliquant un pays entier et tous ceux qui y résident, avec des sommes singulières investies et une ambition très haut placée. Ma plus grande (et belle) surprise dès le départ de cette mission est de constater avec quelle passion mes collègues s’investissent dans ce projet. Leur réussite peut avoir un impact majeur sur l’Arabie Saoudite dans les années à venir. En discutant avec un certain nombre d’entre eux, j’ai pris conscience de la véritable implication personnelle dans cette Vision d’une autre échelle, et c’est selon moi quelque chose qui permet à chacun de s’épanouir.

 

Que retenir de ces premiers jours ?

L’Arabie Saoudite est un pays en pleine transformation. Les différentes personnes impliquées sur ce projet sont motivées, volontaires, et s’investissent très personnellement dans leur travail, ce qui leur permet de disposer d’une efficacité redoutable ! Le projet Vision 2030 semble être en bonne voie pour amener ce pays à devenir un des acteurs mondiaux majeurs du XXIe siècle, et je suis fier de partager leur engouement au moins pour les 3 mois à venir.

A propos de l'auteur
Maxime Dubois d’Enghien, Consultant chez Devoteam Management Consulting

« Chaque projet recèle une leçon de plus à assimiler »
Maxime travaille au sein du centre d’expertise « Cloud Transformation ». Diplômé de Télécom SudParis avec une spécialisation en Ingénierie des Systèmes d’Informations, il combine ses compétences de management et de relationnel avec ses connaissances techniques pour comprendre les enjeux de sa mission et assurer sa réalisation.

2018-10-17T11:36:55+02:00

Laisser un commentaire

Recevez par email le prochain article sur le même topic Recevoir une alerte